Dominique Jégou
Chorégraphe et interprète
Vit à Rennes

 

Formé au CNDC d'Angers, Dominique Jégou collabore avec Dominique Bagouet (1991-1992) et Trisha Brown (1992), artistes dont il continue à transmettre les répertoires. Susan Buirge lui fait découvrir la pensée aléatoire et, en 1995, il fonde la compagnie Les danses de Dom, dont les premières pièces sont attentives à l'écriture du mouvement, et à la construction de l'espace. Il a depuis créé une dizaine de pièces. En 2009  il cosigne avec le compositeur Olivier Sens Cubing, une pièce qui implique une vingtaine d'habitants aux côtés d’interprètes professionnels.  Il poursuit aujourd'hui un travail hors représentations : films, spectacle-conférence (introduction à des procédés de composition), créations avec des personnes sans pratique de danse, accumulation chorégraphique sur une année…

 

Site : www.lesdansesdedom.fr

 

Participation : Résidences A Domicile 2009

 

Cubing

En suivant des règles de déplacements et d’actions parfaitement définis par l’artiste lors de 3 ateliers, chaque participant se déplace, s’immobilise, soulève, pose, bascule, entasse, aligne des cubes colorés. L’espace se construit et se déconstruit en permanence dans une forme qui n’est pas déterminée à l’avance et dans laquelle Dominique Jégou improvise.

 

Page facebook : https://www.facebook.com/pages/Les-danses-de-Dom-Dominique

 

Marta Izquierdo Munoz

 

Née à Madrid en 1972, vit à Paris

 

 

 

Marta Izquierdo étudie la psychologie puis la danse. De 2001 à 2007 elle intègre le CCNRB de Catherine Diverres, puis mène ses projets au sein de la compagnie « [lodudo] producciòn » qu’elle a créée. Suite à sa rencontre avec l’artiste japonaise Bubu de la Madeleine, elle a entrepris un cycle autour de la sirène.

 

Participation : Résidences A Domicile 2011

 

Sirènes

  « L’atelier se situe dans la continuité d’un autre projet, il a permis de tester des choses non parcourues ailleurs : le fait de travailler avec des gens très hétérogènes, qui ne sont pas des artistes , qui ont des histoires qu’ils portent dans leur corps, apporte un autre point de vue, « plus direct » pour le dire naïvement, sur l’artistique. C’est drôle, aussi, on se bat vraiment avec les éléments - la marée, les vagues, la pluie, le vent , on est  comme dans un remake d’un péplum miniature, et en position d’inventer à tout instant.
Les deux grandes fables que nous croisons – la petite sirène, d’Andersen, et l’épisode d’Ulysse et les sirènes, de Homère, sont en réalité très peu connues. Ici, nous avons senti la nécessité d’y entrelacer la légende de Boutès, le seul qui choisit de céder à l’appel des Sirènes, telle que la reprend le livre de Pascal Quignard : car qu’est-ce que le risque artistique, qu’est-ce qu’être séduit par la beauté ? Ca sonne très juste, il aide à penser ICI. »

 

Propos recueillis auprès de Marta Izquierdo Munoz et Judith Cahen

 

Ont participé à cet atelier
Alwena Abhervé, Nelly Berthou, Eve Cabon, Clara Louis, Eolia Marhic, Nelly Perrot, Aurélie Simon, Béatrice Tréguer,
ainsi que Judith Cahen et Quentin Brejon de Lavergnée (à l’image)

 

Pour voir le film réalisé, cliquez sur ce lien

 

page facebook : https://www.facebook.com/marta.izquierdomunoz



 

 

Claire Haenni
Danseuse-interprète
Née en 1962 à Sion (Suisse), vit à Tours

 

Claire Haenni reçoit la formation de l’Institut Emile Jaques-Dalcroze de Genève puis rejoint à Paris le RIDC dirigé par F. et D. Dupuy. Depuis 1985 elle travaille pour des chorégraphes et metteurs en scène : D. Dupuy, A.M. Reynaud (1987 à 1990), G. Frigeni (1987), A. Forestier (1989) ), N. Mossoux et P. Bonté (1989 à 1997), J. Patarozzi (1988 à 1997), M. Touré (1992) P. Décina (1996), B. Masson (metteuse en onde, 1997 et 1998), L. Gomès (1997 à 2006), A. Torfs (vidéaste, 2004), E. Schwartz (2005 et 2006), Jérôme Bel (1994 à 2008), H. Diephuis (depuis 2004), E. Zueneli (depuis 2009). Elle rencontre en 2009 Mickaël Phelippeau avec qui elle fabrique « N°d’objet » pour mai 2011. Elle  entame  en 2006 une série de  «portraits anthropologiques » en filmant la voix et les mains de ceux qui veulent bien lui parler de la collection de leurs objets.

 


Participation : Résidences A Domicile 2010

 

Sac et poches

 

Chacun des sept participants aux ateliers a « vidé son sac » ou celui de sa compagne, au propre comme au figuré, devant la caméra silencieuse de l’artiste. Tous se sont racontés, se sont montrés, dévoilés puis avec Claire, ils ont imaginé une chorégraphie à la gestuelle familière en rapport aux dits sacs. La restitution, mise en musique, a été donnée dans et devant le collège abandonné de « Skol An Aod ».

 

 

http://clairehaenni.lescigales.org/

 

Dominique Gilliot
Artiste, performeuse, musicienne
Née en 1975 à Gravelines. Vit à Paris et Bruxelles.

 

Les productions de Dominique Gilliot sont constituées d’installations d’éléments épars regroupés avec précision, et de performances, spectacles courts à usage unique. Ces performances, poétiques et drôles, utilisent la musique "pop" comme  une base sur laquelle l’artiste vient poser des actions successives, une voix, du chant, des mouvements. Les bandes sons servent de repère temporel et les marquages au sol donnent « l’expression d’un rythme et d’une durée ». Conçues comme des « investissements corporels éphémères », ce sont des expressions personnelles coulées dans un réseau de micro territoires enchâssés, connexes ou juste contigües. Elle est aussi membre du groupe électro-choc Gâchette Of the Mastiff.

 


Participation : Résidences A Domicile 2010 (avec Maeva Cunci)

 

Lalalalalalala

 

Inspirées par l’orchidée protégée du marais du Curnic, le milieu dunaire et par la riche vie associative locale, Dominique et Maëva ont entrainé, durant quinze jours, une vingtaine d’amateurs dans l’écriture collective, la mise en scène, le chant et la danse, les décors et les costumes pour aboutir à la présentation d’une vraie-fausse comédie musicale pleine d’humour et de vérité.

 

Site web : http://www.gilliotcunci.com/

 

Page Facebook : https://www.facebook.com/domgilliot